jcl_autoportrait.jpg

Jean-Claude Libéreau

La photo : Freud dirait que j’ai voulu faire plus net que les tableaux de mon père. Pour en être sûr, j’ai d’ailleurs photographié récemment plus de 1000 dessins, aquarelles et huiles, représentant 70 ans de sa passion amateur.


Mon épouse fait également beaucoup de photos. "Pas de la photo pour de la photo" comme elle dit, mais lors de moments conviviaux (anniversaires, fêtes, rassemblements…), ce que je n’ai pas du tout le réflex de faire.

Elle en fait des montages, des diaporamas qui relatent très bien l’ambiance des ces événements.

Ce petit exercice, qui m’est demandé par le bureau du club, me fait prendre conscience du parallèle entre mes parcours professionnel et photographique : plombier avec un CAP et mon "Zenith" acheté à la fête de l’Huma en poche ; pompier avec ma lance et mon caméscope VHS car il fallait que ça bouge ; dirigeant sportif et mon Pentax et son télé ; commercial et mon Canon 30V clôturant mon parcours argentique ; enseignant passant au numérique avec un 400D et pour finir, directeur de CFA avec mon 6D, revenant ainsi au plein format.

 

Bien brouillon tout ça, alternant à plusieurs reprise entre public au privé, photographe solitaire et membre de clubs, à Bagnolet en argentique, puis Villemomble et maintenant au Raincy. Un instable quoi !
 

Mais je me calme, je suis de plus en plus studieux et, en avançant en âge, j’ai allongé le temps dans une même activité, qu’elle soit professionnelle ou de loisir.
 

Mes photos ont suivi le mouvement.
 

Deux expos personnelles en argentique : l’une à Montgallet sur le quartier et la comparaison des poils et de la nature, l’autre au retour de mon voyage au Vietnam. Même si les visiteurs étaient quasi exclusivement la famille et les amis, ce travail important que représente une préparation d’exposition oblige à aller au bout de quelque chose, de rechercher le meilleur à montrer, et se transforme en une gigantesque satisfaction. Je souhaite renouveler l’expérience même si j’angoisse rien qu’à l’idée. Ces moments ont représenté un gros travail personnel que je n’ai pu mener à bien qu’avec l’aide, les conseils et le soutien moral des membres de mon club de l’époque. Je vous invite à vous y lancer, c’est une formidable expérience.


Trois clubs, trois approches très différentes, toujours des progrès. Le point commun : une très bonne ambiance, une bienveillance et une grande tolérance. Et il vous en faut pour me supporter.
 

Plus technique, plus rigoureux, beaucoup d’activités tout en gardant la convivialité d’une association, je me sens bien ici. J’y acquière beaucoup de nouvelles compétences et ai l’impression de contribuer avec mes humbles, et parfois déjantées interventions.
 

La création d’un site perso me pousse à produire, sélectionner, retravailler mes photos. C’est une autre façon d’exposer.
 

Je vous laisse. J’ai des devoirs (non obligatoires comme à l’école) pour les visionnages du vendredi, les challenges, et j’en passe. À chaque séance commune, je vois les progrès qui m’attendent pour tenter de talonner certains.
 

Ah, ils m’en font voir - des photos - dans ce club !